La Route des épices

 

A la renaissance, les princes Européens se disputent une denrée exotique et précieuse : les épices. La voie terrestre qui permet de les acheminer d’Extrême-Orient est tellement longue et coûteuse que tous les moyens sont mis en œuvre pour trouver une nouvelle route. C’est le début d’une quête effrénée qui conduit à la découverte des Antilles par Christophe Colomb.

 

Son premier voyage eut lieu en 1492, année de l’expulsion des juifs et des musulmans de l’Espagne vers le Maroc, qui met ainsi fin à cinq siècles d’entente et de fraternité entre les trois grandes religions et cultures : L’Islam, le Judaïsme et le Christianisme. Cette coexistence a été marquée par des collaborations fécondes et des influences réciproques dans les domaines artistiques et culturels.

 

 Ce voyage musical, qui témoigne d’un âge d’or propice à toutes les nostalgies, nous mènera des cours Européennes espagnoles et italiennes à Constantinople, et de l’Afrique du Nord  jusqu’en Amérique du Sud. Les derniers chants du programme illustrent la vie des Indiens colonisés réduits en esclavage.

 

 

Francisco Orozco : chant, luth médiéval, citole, luth renaissance, vihuela, organistrum

Françoise Enock : vièle à archet, rebec, viole de gambe renaissance

 

Le programme  se joue habituellement en duo, ou en trio dans une version plus colorée, avec

Jean-Michel Deliers : Vielle à roue, cornemuses, chalemie, flûtes, chalumeaux, percussions...