La Fontaine en chanté 

 

 

Qui n’abrite au fond de sa mémoire aucun vers des célèbres Fables de La Fontaine ?

 

 

En raison de ses multiples niveaux de lecture, Jean de La Fontaine (1621 - 1695) a rendu la Fable accessible à tous, enfants comme adultes. Témoignant de leur succès, diverses adaptations en musique de ses fables ont été réalisées au XVIIIème siècle, sur des airs populaires appelés timbres (les « tubes » de l’époque !).

Au son de la viole de gambe, de la vièle à archet, du luth et de la chifonie, nous vous invitons à redécouvrir ces piliers de la mémoire collective française, plaisamment mis en scène dans un spectacle tant poétique que musical et théâtral.

***

Quelques années après la parution du dernier livre des Fables de La Fontaine, on voit fleurir des recueils de chansons dont les textes s’inspirent très fortement des Fables originales, mais adaptés aux mélodies préexistantes permettant la mise en musique (les fameux timbres).

 

Les premières fables chantées ont été publiées en 1728 sous le titre : Nouvelles poésies spirituelles et morales sur les plus beaux airs de la musique françoise et italienne, avec la basse continue. Elles sont d’abord composées très simplement sur une basse de musette (bourdon) « à la faveur des Enfans », car elles permettent « d’instruire de manière plaisante ». S’ajoutant au texte et à la mélodie, une  partie de basse continue (accompagnement) est composée par Louis-Nicolas Clérambault, grand compositeur d’œuvres vocales, de sonates pour violon et de pièces de clavecin. Cet ajout prouve qu’un tel recueil était également destiné à un public maîtrisant le jeu d’instruments tels que le clavecin, le luth ou la viole de gambe.

 

Nous nous sommes également emparés d'une édition plus tardive de 1740 (Fables choisies dans le goût de Monsieur de La Fontaine sur les petits airs et vaudevilles connus),  écrite de la main d’un certain Jean-Philippe Valette, qui souligne le caractère ludique et plus accessible à tous de ces versions chantées. Il y oppose la « grande » littérature des fables originales à la verve plus populaire des chansons.

 

Notre spectacle propose d’établir un parallèle entre les deux versions de quelques-unes des Fables de La Fontaine, faisant dialoguer la grande théâtralité des textes originaux et la dimension populaire des chansons postérieures. 

 

 

Ce programme a été sélectionné et subventionné pour être présenté et joué dans le cadre de l'Hyper Festival de la Ville de Paris lors de quatre représentations au cours de l'été 2021, au pied de la statue de Jean de la Fontaine,  jardin du Ranelagh.

 

Représentations dans des jardins

Représentation au Zèbre d'Albert (80), avec la participation des élèves choristes.

 

Eric Malgouyres, comédien-chanteur, chifonie

Françoise Enock, viole de gambe, vièle à archet et luth

et dans la version du spectacle en trio :

Anne-Lise Gillet , épinette

 

 

Extraits du spectacle en vidéo